Un baromètre des 50 villes les plus en pointe contre le racisme

Après avoir adressé aux 50 plus grandes villes de France un questionnaire pour évaluer leurs actions concrètes en matière de lutte contre le racisme, le think tank " République et diversité " et le Conseil représentatif des associations noires (Cran), tous deux présidés par Louis-Georges Tin, publient leur rapport.

A quatre mois des municipales, ce baromètre dresse un bilan de l'action des grandes villes pour lutter contre le racisme : Villeurbanne, Montreuil et Paris en bons élèves ; Marseille, Aix-en-Provence et Versailles en lanternes rouges…
" Une grande majorité ont répondu, mais ceux qui ont peur d'être stigmatisés ne répondent pas ", explique Louis-Georges Tin, porte-parole du CRAN (le Conseil Représentatif des Associations Noires). En queue de classement, on trouve de nombreuses villes du sud (Avignon, Nice, Perpignan, Toulon, Marseille, Aix).

" Il y a dans le Sud des raisons sociologiques : importance du vote FN, importance des communautés de rapatriés. Mais on trouve aussi en Ile-de-France à la fois le meilleur et le pire. "
Les villes vont répondre à ce classement à partir d'aujourd'hui et Louis-Georges Tin s'attend à " ce que les plus mauvais soient les plus mécontents. "
http://www.franceinfo.fr/societe/le-grand-temoin/un-barometre-des-50-villes-les-plus-en-pointe-contre-le-racisme-1236771-2013-12-04

Une association qui lutte contre les amalgames et les discriminations, amalgame et discrimine sans mesure.
En Echo à Thomas Guénolé, Fred Neidhardt, Henri Laurens, Pierre Daum et d'autres, le Cran incrimine les " rapatriés " en les rendant responsable du racisme dans les villes du Sud de la France, en étroite relation avec le vote FN.
Cette enquête ne porte que sur les communautés " issues de la diversité " victimes de racisme puisque sous représentées dans la sphère publique et politique.
Tout le monde sait bien que les " communautés de rapatriés " sont tellement influentes, qu'elles peuvent contribuer activement à s'opposer à une intégration des immigrés et de leurs descendants.

Ca en devient ridicule. Mais même si on n'en meurt plus, ce n'est pas utile de persister dans le burlesque et la déraison.

Nous avons expliqué à maintes reprises, que cette accusation ignoble fait partie du fantasme partagé par ceux qui n'ont aucun argument sérieux pour expliquer cet état d'esprit, que malheureusement, tous les peuples du monde partagent à des degrés divers.

Cette manière de culpabiliser un peuple et plus particulièrement, une communauté en sous entendant que celle à laquelle on appartient est exempte de ce mal, rejoint les thèses les plus obscures de la " race supérieure " sans défaut.

Il en est de même pour la lutte de cette organisation pour la reconnaissance de l'esclavage en ne ciblant que la traite organisée par les blancs et en mettant de coté, les siècles de servitudes organisées par les barbaresques ou par certaines ethnies africaines qui pourvoyaient leurs frères de couleur aux négriers multicolores.

CRAN signifie : Conseil représentatif des associations noires. Se regrouper en fonction de sa couleur de peau, n'est à l'évidence pas un signe de racisme.
Serait-ce perçu de la même manière si un " Conseil représentatif des associations blanches " avait pignon sur rue ?

Dans son entretien dans l'émission de France Info " Le grand Témoin " une phrase est révélatrice :

" Il est normal, moi je suis professeur, que les mauvais élèves et les cancres contestent le barème et la notation, même quand ils n'ont jamais travaillé. "
Voila donc une bien curieuse vision de la responsabilité individuelle, à savoir que l'on aurait que des droits, même si l'on n'effectue pas ses devoirs.

Retour en haut de la page

Retour au menu "et après"


Mis en ligne le 07 mars 2014

Entrée  - Introduction  -   Périodes-raisons  -   Qui étaient-ils?  -   Les composantes  - Les conditions  - L'attente  -   Le départ  -  L'accueil  -  Et après ? - Les accords d'Evian - L'indemnisation - Girouettes  -  Motif ?  -  En savoir plus  -  Lu dans la presse  -