Il est assez saisissant, dans notre paysage audio visuel, de voir défiler des artistes aux revenus qui font pâlir d'envie un dirigeant d'une entreprise du CAC 40, donner des leçons d'humanité aux quidams que nous sommes. Ils portent beau, et nous abreuvent jusqu'à plus soif, de conseils et de morale, avec juste ce qu'il faut de tristesse et de colère au coin des yeux.

M Francis Huster, acteur dont la qualité n'est pas mise en doute, y est allé, lui aussi de sa complainte. Il prône une solidarité universelle sans limite, pour l'accueil sans distinctions, des migrants sur le sol national.
Cette opinion est respectable et honorable.
Elle peut se discuter, mais elle doit être entendue.
Mais son argumentaire est tout de même bancal.
Dans l'émission " News et Compagnie " du 10/09/2015 sur BFMTV, consacrée à l'accueil des migrants, le comédien, pour appuyer ses convictions et contrer implacablement M Philippot, a tenu ces propos :

" Monsieur Phipippot, à cause de l'Algérie, un million de ceux qu'on appelait à cette époque là les Pieds-Noirs, sont venus en France. Qu'est ce qu'ils ont fait en France ? Ils ont donné leur vie, ils sont devenus des français comme vous et moi. "
A l'objection de M Philippot : " Ils étaient français ", M Huster répliqua : " On s'est compris… "

La première partie de sa démonstration tombe à plat. Comme de nombreuse " personnalités ", il mélange le cas de français menacés, habitant 15 départements français abandonnés, qui subissent un exode pour s'installer dans d'autres départements français, avec des étrangers devenus apatrides. C'est donc une grossière erreur.

" Ils ont donné leurs vies " dit-il. C'est une réalité, car dans les deux conflits mondiaux, ils sont venus fouler le sol métropolitain pour défendre la patrie en danger.
Ils payèrent le prix du sang en laissant 22 000 morts dans la première guerre mondiale et 14 000 lors de la deuxième, sur cette terre qui, quelques années plus tard, sera bien réticente à accepter tout sacrifice à leur égard.

Sondage I.F.O.P en 1962 : 62% des français de métropole refusent toute idée de sacrifice à l'égard des "Pieds Noirs.

" Ils sont devenus des français comme vous et moi.
" Dans son esprit, il semble que les Pieds-Noirs n'étaient pas français, ou alors pas complètement, ou bien imparfaitement. Des citoyens mal dégrossis en quelque sorte.

Qu'est-ce que c'est que tous ces Fernandez, ces Lopez et autres Segura qui se voudraient français ?
Charles de Gaulle

" On s'est compris… ", confirme l'impression donnée. Oui ils étaient français mais… Pas comme il faut…

Les français d'Algérie ce ne sont pas des français. Ils ne raisonnent pas comme nous. Ils ne vivent pas avec nous.
Charles de Gaulle

Surprenant de la part d'un ex sociétaire de la comédie française, qui a mis en scène et joué " La Peste " d'Albert Camus, illustration parfaite du presque français qu'il amalgame à " l'étranger ".
Il aurait dû se souvenir de la phrase de son roman posthume " Le premier homme " :

" Quand mon père fut appelé sous les drapeaux, il n'avait jamais vu la France.
Il la vit et fut tué. "

Au lieu de se décrédibiliser pour une cause qu'ils pensent juste en utilisant de parallèles erronées, ces artistes au grand cœur devraient se plonger dans une histoire contemporaine dont ils ignorent des pans entiers.
Qu'ils continuent, dans la mesure de leurs moyens, de nous faire rêver, sur les planches où sur les écrans. Mais qu'ils cessent de justifier tout par n'importe quoi.

Avoir à partir de 14 min 45s

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/accueil-des-migrants-il-ne-faut-pas-se-laisser-submerger-par-l-emotion-florian-philippot-629161.html

Retour en haut de la page

Retour au menu "et après"


Mis en ligne le 12 septembre 2015

Entrée  - Introduction  -   Périodes-raisons  -   Qui étaient-ils?  -   Les composantes  - Les conditions  - L'attente  -   Le départ  -  L'accueil  -  Et après ? - Les accords d'Evian - L'indemnisation - Girouettes  -  Motif ?  -  En savoir plus  -  Lu dans la presse  -